A

ujourd'hui la prévention contre l'épuisement professionnel représente un défi majeur pour les entreprises. La pandémie a poussé sur le devant de la scène un problème que très peux aiment évoquer mais qui n'a cessé de prendre de l'ampleur depuis ces dernières décennies et qu'il n'est maintenant plus possible d'ignorer.

L'impact social, sociétal et économique de ce que l'on appelle plus communément le burn-out explose tous les records. Le coût du burn-out ayant même dépassé celui du chômage en Belgique.

L'innovation au service de la prévention

Chez Noös nous travaillons avec nos partenaires du monde académique à l'étude d'une solution qui utilisera l'intelligence artificielle pour détecter plus facilement les risques psycho-sociaux chez les individus. Nous avons le plaisir de collaborer avec Benoît Macq, ingénieur civil, docteur en sciences appliquées, professeur à l'UCLouvain et fondateur de TRAIL, le laboratoire de recherche en intelligence artificielle wallon.

Notre solution se veut intuitive, et ne demande pas d'intervention de l'utilisateur, au contraire des solutions existantes qui demandent une participation active des utilisateurs, généralement au travers de questionnaires approfondis. Ces solutions augmentent le risque d'imprécision lié au libre-arbitre de l'utilisateur.

Grâce à l'observation de données relatives au comportement produites par le téléphone et les autres appareils connectés, nous pouvons facilement détecter et reconnaître les symptômes clés tel qu'un changement de comportement, un épuisement physique et même d'éventuelles réactions émotionnelles inhabituelles. Ces symptômes sont considérés par les chercheurs de la KU Leuven comme les meilleurs signaux d'alarme d'un possible épuisement de l'utilisateur.

Un des éléments clés dans la prévention du burn-out réside dans la rapidité de prise en charge. Le burn-out est un processus évolutif précédé par différents signes annonciateurs tant émotionnels (irritabilité, émotivité accrue, ....) que physiques (douleurs et troubles divers, malaises, manque de sommeil). Il peut également engendrer des dysfonctionnements au niveau intellectuel : difficulté à se concentrer, distraction, pertes de mémoire.

Nombre de ces signaux sont aujourd'hui analysables avec la technologie : changement de la façon de marcher, vocabulaire utilisé, intonation de la voix, rythme du sommeil, intérêts et recherches sur les moteurs de recherche, habitudes alimentaires, choix musicaux, etc etc etc.

L'éthique, véritable enjeu sociétal du futur

Habituellement, lorsque j'explique notre solution, la réaction qui prédomine est la peur quand à l'utilisation abusive de toutes ces informations ultra sensibles relatives à notre santé physique et psychique. Lors d'une journée d'étude à l'Académie Royale des Sciences de Belgique en septembre 2021 avec Benoit Macq, nous avons eu l'occasion de débattre avec les participants de l'enjeu sociétal qui accompagnera ce type de solutions du futur.

Comme vous pouvez le découvrir sur cette affiche provocative réalisée par Benoît à l'occasion de cette journée « L'intelligence artificielle : avec ou sans vous ? », une utilisation délibérée de ces données sensibles pourrait engendrer des situations de prophétie autoréalistrices ayant un effet un aggravant particulièrement négatif. Dans un scénario dramatique, on pourrait imaginer un glissement vers une division de la société entre les personnes en bonne santé psychique et les "autres".

Aujourd'hui, certaines entreprises peu scrupuleuses ont déjà recours à de telles techniques pour acquérir des audits d'analyse du risque de burn-out de leurs collaborateurs et licencier ceux qui représentent un risque trop élevé afin d'économiser les charges liées un potentiel arrêt de travail.

La question éthique constitue donc un enjeu majeur dans l'étude, le design et la construction de ce type de solutions. Du point de vue de cette affiche, il me semble évident qu'une banque qui obtiendrait ce type de données sans l'accord de ses clients pose des questions d'éthique et de respect de la privée qu'il est primordial de définir et d'encadrer. Mais de la perspective de la banque qui prend un risque en accordant un crédit à son client, dans quelle mesure pourrait-elle exiger d'obtenir un rapport sur la santé psychique de ce dernier, de la même manière qu'il est déjà dans les us et coutumes de demander un bilan médical pour l'obtention d'une assurance-vie.

L'humain au coeur de la solution

Étant personnellement convaincu que ces solutions d'analyse du changement de comportement et de calcul d'un potentiel risque psychique vont faire partie intégrante de notre futur, je pense qu'il préférable de prendre les devants et de construire une solution qui pourra assurer que le respect de la vie privée des utilisateurs constituera la priorité et qu'aucune concession ne sera acceptable dans ce sens.

Notre solution prévoit d'utiliser la technologie de la blockchain afin de stocker les données des utilisateurs. Le caractère décentralisé de cette technologie couplé avec sa sécurité permettra de garantir aux utilisateurs le meilleur respect de leur vie privée.

Photo d'illustration libre de droits par
Rock'n Roll Monkey
sur Unsplash
Article posté le
October 15, 2021
dans la catégorie
Innovation

Plus d'articles de la catégorie

Innovation

Voir tous les articles
No items found.